Réseaux sociaux et réseaux réels professionnels

Ma réflexion sur les réseaux sociaux

A force d’enseigner l’utilisation des médias sociaux à des fins professionnelles, et en étant convaincu de leurs puissance, j’ai marqué un temps de réflexion.

influence des réseaux sociaux

Au delà de la nécessaire utilisation de Facebook, Twitter, Instagram, Youtube et consort ( ce n’est pas le nom d’un nouveau réseau social), à des fins commerciales, marketing, et autres prospections, qu’en est-il des bons vieux réseaux réels, physiques, professionnelles ?

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Un monde sans téléphone portable, sans Skype ou Facetime, mais ou la communication devait se faire quand même. Un temps ou un commercial devait passer beaucoup de temps auprès de ses clients afin de les connaitre ( CRM), de les écouter (Buzz), et de les satisfaire (Quality management).

Non, cet article n’est pas « réac ».

Il est le fruit d’une observation du marché. Jamais le relationnel n’a été aussi important qu’aujourd’hui. On doit beaucoup aux médias sociaux, sur la facilité de prospection et de démarchage. Le marketing peut puiser des milliers d’informations sur ses futurs consommateurs et définir ainsi des produits en phase avec le marché. En fait, les médias sociaux ne doivent être considérés que comme un outil. Facebook est au commercial ce que le crayon est au graphiste. Youtube est au marketing ce que l’ordinateur est à l’ingénieur, un instrument.
La maîtrise de ces outils est importante, elle n’est pas une fin en soi. Il ne faut pas oublier les fondamentaux : une vrai rencontre, un sourire, une poignée de main, un « look » correct et une maîtrise de son discours, accessoirement, une façon de s’exprimer par écrit et une capacité à savoir lire.

Tout ces remarques pourquoi ?

Les réseaux sociaux sont-ils vraiment une nouveauté ?
Un réseau social est un ensemble de relations entre un ensemble d’individus. Pris dans ce sens, les réseaux sociaux sont sans doute vieux comme l’humanité. Depuis que des individus coexistent et vivent ensemble, ils forment une société qui implique des liens sociaux, des relations entre personnes qui entretiennent une vie sociale. D’ailleurs,  ne dit-on pas de quelqu’un qu’il a « des relations » ou qu’il a un bon « carnet d’adresses ». Ces expressions induisent l’idée de capital social de Pierre Bourdieu selon laquelle les relations (héritées ou construites) sont autant de ressources potentiellement utiles qu’un individu peut mobiliser pour atteindre ses objectifs.

Stanley Milgram a démontré que les individus sont capables d’activer efficacement leurs réseaux pour atteindre un objectif précis. En 1967, il conduit une expérience dans laquelle il invite environ 300 personnes à faire parvenir un courrier à une personne-cible qu’elles ne connaissent pas a priori. Elles possèdent juste quelques indications comme son lieu de résidence et sa profession. Finalement, 60% des courriers arrivent à destination en passant par différents relais de connaissance, formant ainsi des chaînes de longueur variable. Cela dit, la moyenne de la longueur de ces chaînes est de six relations. Cette expérience amène Stanley Milgram à poser l’hypothèse d’un « petit monde » dans lequel deux individus, qui ne se connaissent pas, sont reliés, en moyenne, par une chaîne de six relations.

L’enjeu principal est donc :

Agrandir son réseau et élargir ses contacts

Maîtriser son personal branding est également un moyen efficace pour élargir votre réseau et générer plus de contacts qualifiés. Si vous gérez une activité B2B, c’est l’occasion de trouver de nouveaux clients. Si vous vendez des produits et services grand public, les réseaux sociaux professionnels vous aideront à dénicher de nouveaux partenaires. Dans tous les cas, ils sont indispensables au dirigeant d’entreprise.  On établit d’ailleurs une relation entre la fameuse pyramide des besoins de Maslow et les médias sociaux.

pyramide-maslow et medias sociaux

Il n’y a jamais eu autant de réseaux professionnels qui se sont créés que depuis l’avènement des réseaux sociaux. Les franchises comme ACEOS, B.N.I. et autres clubs d’affairent prolifèrent. Je ne sais pas si c’est une bonne chose,
mais moi

J’achète… et donc j’ai choisi ACEOS

Pour en savoir plus sur ACEOS